LES CATHERINETTES ET LES NICOLAS - 4e édition

Tagged:

Interview à une Catherinette

Dans cette 4e édition des Catherinettes, les élèves de première année de baccalauréat ont fait une interview à Nuria Piñeiro, que cette année a vingt-cinq ans:

 

-Est-ce que le chapeau est une surprise ou te le savais déjà?

-Oui, je le savais parce que la professeure l’avait proposé dans la classe.

-Comment est-ce que tu as connu la tradition des Catherinettes?

 -Notre professeure de français nous a parlé de cette tradition et cette fête dans la classe.

-Est-ce que tu connais d’autres Catherinettes?

-Non, mais l’année dernière j’ai connu une copine qui a été Catherinette.

-Est-ce que tu as aimé le chapeau que tes copines et copains ont fait pour toi?

-Oui, parce qu’il y avait des choses que m’intéressent comme par exemple un ananas, une tasse de café et du thé.

-Est-ce que tu vas continuer la tradition des Catherinettes avec tes copains?

-Non, parce que cette année est la dernière de mes études.

-Quelle est ton opinion sur cette tradition?

-J’aime la coutume comme fête, mais je n’aime pas ses origines parce que la tradition a surgi pour chercher un mari à une femme qui était célibataire. À l’époque c’était bien, mais actuellement on est libre de décider de se marier ou d’être célibataire.

 

Nous espérons que cette tradition continue pendant beaucoup de temps dans l’IES Fraga do Eume.

 

Voilà les chapeaux gagnants de cette année

Le chapeau le plus élaboré : Inés  Regueiro Rial

Le chapeau le plus original : Carlos Rodríguez Espilla

Le chapeau le plus chic : Antía González  Carro

Le meilleur chapeau : Ainhoa Fabal  Rey

Et le prix au meilleur poème a été pour : Carmen González  Fernández

Le premier et dernier bouquet

Moi, je le sais, je ne suis pas altruiste.

Je n’offre pas en mai des muguets.

Mais pour toi, je deviendrais fleuriste

et je te donnerais mon cœur en forme de bouquet.

 

C’était grandiose

il n’avait pas de rose

mais le camélia pur de mon ambition,

une tulipe rouge ornait la déclaration.

 

Mon gardénia, mon adoration, tentait de se cacher

derrière la fleur d’oranger

et criait le chrysanthème:

“oh, je t’aime, je t’aime!”

 

Mais je me suis rendue compte

pendant que tu jetais les fleurs dès la porte:

tu étais un narcisse

égoïste, fière, calculatrice.

 

Un lys orange de haine,

et moi, je suis certaine

qu’un jour tu me donneras une jacinthe pourpre, 

mais je ferai de tes excuses poudre.

 

Dans le blog de la bibliothèque vous pourrez lire tous les autres poèmes.

Félicitations à tous les participants !!!